Boehmeria platanifolia

Famille : Urticaceae

Rusticité :z7 – z10 (-15°c)

Floraison : VIII – X
Hauteur : 100-150 (fl) cm
Orig. : Chine, Japon, Corée
Exposition : Mi-Ombre, Ombre claire
Sol : Humifère, assez riche, frais

Description :
Son feuillage, large, velouté, est superbe, unique. Son port élégant et sa floraison gracieuse.

Supporte assez bien l’ombre sèche.

Noms vernaculaires :

-Ramie à feuilles de platane

-Sycamore-leaf False Nettle

*Notes :

Apprécier une cousine de l’ortie ! Quelle idée sans intérêt, me direz-vous !

Ce serait se priver de l’une des vivaces au feuillage le plus étonnant. En effet, quand on regarde ce feuillage, sa texture est presque unique parmi les vivaces du jardin.

Tout d’abord, précisons-le d’emblée, la plante a eu la bonne idée d’oublier d’être agressive. Donc, pas de poils urticants, mais un duvet presque soyeux.

Les feuilles sont amples, ciselées avec finesse, gaufrées et étonnamment veloutées. L’effet est nettement décoratif et original. Imaginez un peu le contraste avec une fougère au feuillage fin, un arbuste au ton pourpre et à la base un lamier lumineux et fleuri.

La floraison, simple, mais tout en légèreté, a lieu en fin d’été. Les inflorescences sont blanches à crème. Elles démontrent l’appartenance a la famille botanique des Urticacées.

C’est une vivace appréciant les expositions abritées du soleil brûlant de l’après-midi, se plaisant à l’ombre, préférant le ‘ dappled shade’ de nos voisins anglais. Cet ‘ ombre’ où la lumière joue si bien avec la lumière, où les contrastes de feuillage sont magnifiés.

Pour la cultiver, ses préférences vont aux sols assez fertiles, humifères, maintenus frais par un paillage. Elle supporte assez bien une certaine concurrence des racines. Cette espèce se caractérise par ailleurs par sa capacité à tolérer mieux l’ombre sèche. Le feuillage prend alors une teinte plus grisée, avec un très léger soupçon de bleu… A quand l’imagination nous tient…

Au niveau entretien. Rabattre après l’hiver, quand les risques de gelées tardives auront disparu, après la mi-mai, les tiges fanées, vestiges de la saison précédente.

Dans les régions aux hivers plus rudes, un paillage de feuilles, par exemple, peut s’avérer utile. Si une gelée printanière venait à détruire le nouveau feuillage, il suffira de rabattre la plante, de nous pousses apparaissant rapidement.


Content Protected Using Blog Protector By: PcDrome.